Plonger avec les phoques

L’objectif de nos vacances était clair. Nous voulions absolument filmer et photographier des phoques. Quel meilleur endroit que d’aller en Gaspésie !

Nous nous sommes tout d’abord dirigés vers Percé et l’Île Bonaventure où notre amie Doris possède son zodiac. L’Île Bonaventure est un lieu idéal l’été pour voir des phoques en plongée puisqu’une colonie de phoques gris y réside.

Voici le récit de notre semaine de plongée avec les phoques.

1ère plongée – La Piscine
Arrivés au site de La Piscine situé du côté Nord-Ouest de l’île, nous voyons déjà deux petites têtes de phoques qui nous regardent nous approcher. Excités de pouvoir atteindre notre but dès notre première plongée, nous nous mettons à l’eau très rapidement.

Après une heure de plongée sur un fonds tapissé de homards, de crabes et de laminaires d’un vert radioactif, nous nous faisons à l’idée que les phoques ne viendront pas nous voir aujourd’hui.

09082015-DSC00232

2e plongée – La Baie des Marigots

Situé sur le côté sud de l’île, cette baie servait autrefois de lieu de contrebande d’alcool « Petit Caribou » pour les Français des îles St-Pierre-et-Miquelon. Encore une fois, plusieurs phoques sont présents à la surface de la mer lorsque nous nous équipons.

09082015-DSC00236

Ce site a un relief fort intéressant. Nous avançons dans le labyrinthe formé par des canyons sous-marins et entourés de grosses roches, de laminaires et de tunnels parmi lesquels se cachent de nombreux homards et crabes. On y retrouve beaucoup d’éponges et de faune fixées aux parois.

 

Concentrés à filmer et photographier cette belle diversité aquatique, nous avions oublié la présence des phoques. Soudain, nous avons vu une grosse ombre grise passer comme une torpille à côté de nous. Le phoque a disparu aussi vite qu’il est apparu ! Nous sommes restés immobiles pour laisser le phoque venir à nous, mais sans succès. Nous avons vu son ombre à quelques reprises et sentions encore sa présence autour de nous, mais nous n’avons eu aucune interaction avec le phoque durant cette plongée. On a vite compris que malgré ces 600 lbs, un phoque est capable de vous suivre longtemps et subtilement sans que vous vous en rendiez compte.

 

3e plongée – Le Mamelonet
Par une journée très houleuse, ce site était l’endroit idéal pour plonger à l’abri des vagues et du vent venant du sud. Les phoques avaient eu la même réflexion que nous, car ils étaient nombreux phoques à être couchés sur les rochers au bord de la falaise près du site Le Mamelonet.

Une fois à l’eau, avec notre cap de boussole et aucun repère visuel, nous nous dirigeons immédiatement au bord de la falaise plutôt qu’au site prévu pour augmenter nos chances de voir ces chiens marins. Arrivés sur place, nous surprenons un phoque caché sous un rocher qui faisait une petite sieste. Celui-ci est parti très rapidement ayant lui aussi été surpris par notre arrivée. Nous continuons notre plongée sur la falaise et observons au loin quelques phoques qui demeurent à la limite de la visibilité, soit environ 20 pieds, nous permettant ainsi de faire quelques prises de vues éloignées. L’atteinte de notre objectif s’améliore de plongée en plongée !

Après 30 minutes, nous retournons vers le site Le Mamelonet dont nous avions beaucoup entendu parler. Ce site doit son nom à la forme particulière de la roche qui ressemble à un gros mamelon entièrement recouvert de framboises de mer, d’anémones plumeuses et d’oursins, mais porte également le nom de son découvreur, le défunt Georges Mamelonet, qui a fait énormément avancer l’exploration et le développement de la plongée à l’île Bonaventure.

Cet énorme rocher d’environ 550 m2 possède une surface entièrement truffée de vie qu’il est possible d’explorer à plusieurs profondeurs ; le sommet se trouvant à environ 15 pieds de la surface et le point le plus profond à 75 pieds.

 

4e plongée – Anse du Bilbo / Le Cornu
Ne pouvant aller plonger avec Doris ce matin-là, nous allons plonger avec le Club Nautique de Percé. Ayant été bien informer par Étienne et Steven sur le comportement des phoques et comment les approcher, nous avons décidé de nous poser dans le fonds, de regarder vers le bas (il ne faut apparemment pas regarder les phoques dans les yeux) et de bouger nos palmes. Il est préférable de les laisser venir à nous plutôt que de les chercher pour ne pas déranger leurs habitudes.

En regardant du coin de l’œil, nous voyons quatre gros phoques gris qui tournent autour de nous et qui semblent vouloir se rapprocher et gouter à nos palmes. J’ai alors senti ma palme se faire tirer et se faire agiter dans tous les sens pendant quelques instants. Cela semble stressant, mais les phoques ne sont aucunement agressifs. Ils ne font que mordiller pour jouer, tout comme un chien mordille lorsqu’il veut s’amuser. C’est une expérience unique de ne pas voir ce qui se passe en arrière de soi, mais de sentir un phoque jouer avec ses palmes. Ils sont repartis aussi vite.13082015-_F8A2529

45 minutes plus tard, nous n’avons toujours pas réussi à les voir de plus proche ni à prendre des clichés rapprochés d’eux. Ils demeurent très timides et restent à distance d’observation derrière nous. Nous retournons vers le site Anse du Bilbo pour terminer notre plongée et en chemin, croissons un gros banc de lançons du Nord.

 

5e plongée – La Grotte
La grotte est réputée être un site où plusieurs phoques se cachent pour faire des siestes. Il n’est pas nécessaire d’être un plongeur caverne pour pénétrer à l’intérieur de cette grotte. À l’intérieur, on peut observer la flore clairsemée et dispersée au fond et il est possible de sortir la tête hors de l’eau et de respirer en toute sécurité puisque l’air circule librement avec l’extérieur par de petites failles dans la roche.

En chemin, nous rencontrons un phoque un peu moins timide que les autres. Je suivais Jean-François, et tout d’un coup, un phoque est apparu entre ma lentille de caméra et ses palmes. Il était magnifique, mais surtout énorme quand il est à seulement quelques pieds devant vous.

13082015-DSC00609

Il est reparti aussi vite qu’il est apparu après avoir tenté de mordiller les palmes de Jean-François. Il m’a cependant laissé le temps de faire quelques photos de lui. Sous l’eau, j’ai immédiatement montré la photo à Jean-François qui était très surpris, car il ne s’en était pas du tout rendu compte. Un peu plus tard, nous avons vu une grosse méduse crinière de lion orangée et mauve ainsi qu’une méduse en forme de cloche.

13082015-_F8A2503     13082015-DSC00624

De retour vers le bateau, nous rencontrons deux autres phoques cachés sous de grosses roches. Nous avons joué à cache-cache avec eux, car aussitôt que nous avancions, ils se cachaient derrière les rochers, et aussitôt que nous reculions, eux avançaient vers nous tout en nous regardant avec fascination. Nous sortons de l’eau très satisfait de notre belle plongée en compagnie des phoques.

6e plongée – Les roches aux phoques
C’est notre dernière journée à Percé. Nous étions confiants que cette journée serait fructueuse, car nos rencontres avec les phoques s’amélioraient de jour en jour. Nous décidons de maximiser notre journée et allons voir le lever du soleil sur l’océan en zodiac. Départ à 4h30 pour voir le soleil pointer le bout de son nez vers 5h15. Quel magnifique spectacle ! Nous avons eu droit à une boule de feu d’un rose et orange vif. Aucune baleine n’a toutefois croisé notre chemin. Une fois le soleil haut dans les airs, nous décidons d’aller faire le tour de l’île. Quel bonheur que de naviguer sur l’océan sans aucune autre embarcation aux alentours. Il est 6h15 et nous arrivons près du site de la roche aux phoques.

Et là, devant nos yeux, se trouve la c14082015-_F8A2614olonie de plus d’une cinquantaine de phoques gris. Nombreux se reposent sur les roches durant la marée basse tandis que plusieurs autres sont actifs dans l’eau. Nous étions au paradis et fous comme des enfants devant leurs cadeaux de noël ! Nous enfilons notre équipement en quatrième vitesse et sautons aussitôt à l’eau en espérant que finalement nous puissions interagir de près  avec les phoques.

 

14082015-DSC00735 2

À peine 5 minutes dans l’eau, je sens déjà une présence me suivre. Je m’arrête quelques instants et je sens la bête qui mâchouille mes palmes. Je m’arrête, fais signe à Jean-François de filmer et commence à bouger les palmes pour jouer. C’est alors qu’il décide de gouter à mon mollet ! À travers mon dry suit, je ne sens pratiquement rien puisque ces dents ne sont pas pointues et dangereuses. Je sens simplement ma jambe qui s’élève vers le haut. Je reste très calme et ne fait aucun mouvement brusque pour ne pas lui faire peur. Il est resté autour de nous quelques minutes et a disparu.

Nous continuons à avancer sur le fonds de grosses roches lorsque 3 phoques se sont approchés très près de nous. Ils allaient et venaient dans toutes les directions et passaient très près de nos caméras. A14082015-DSC00795ccoté sur une roche en train de filmer, Jean-François sent sa palme, qui était appuyée sur le fonds, bouger malgré lui. Il se retourne doucement, il voit un phoque couché sur le sable en train de mordiller sa palme. Il avait un air d’enfant qui venait de se faire prendre la main dans le sac ! Jean-François s’accroupit dans le fonds pour filmer le phoque qui est resté couché devant la caméra tout en essayant de manger sa
lentille. Pendant tout ce temps, un autre phoque regardait la scène du haut du rocher et moi j’en profitais pour enfin prendre plein de photos. Nous avions enfin ce que nous voulions tant !

Durant le reste de la plongée, nous avons croisé plusieurs autres phoques. Lorsque fut le temps de refaire surface, nous avons sorti notre tête pour découvrir que nous étions à quelques mètres seulement de plusieurs gros phoques couchés sur des roches. Puisque nos têtes ressemblaient beaucoup à celle d’un phoque, nous ne les avons pas effrayés et avons pu les observer de très très près tout en écoutant leurs cris qui ressemblaient à des hurlements. Nous étions au paradis !

14082015-_F8A2595

Plongée en apnée à Forillon :
Pour terminer nos vacances en beauté, sur le chemin du retour vers Montréal, nous sommes arrêtés au Parc Forillon à Gaspé pour faire l’excursion d’apnée avec les phoques communs. C’était notre plan B au cas où nous n’avions pas réussi à voir les phoques de suffisamment près à Bonaventure. Ces phoques sont beaucoup plus petits que les phoques gris puisqu’ils pèsent environ 250 lbs. Les jeunes phoques de cette espèce sont très curieux donc nous avions encore beaucoup d’espoir d’avoir de belles interactions avec eux.

Nous partons en zodiac et on nous dépose à quelques mètres à peine du bas de falaises où habite une colonie de plus de 400 phoques. Ils sont couchés sur des rochers et il y en a sur plusieurs kilomètres.

15082015-DSC01164     15082015-DSC01167

Un jeune phoque vient immédiatement nous rejoindre une fois dans l’eau. Il est fasciné par nos lentilles de caméras. Il nage entre nous deux en essayant de voir son reflet dans la lentille. Il joue avec nous, essaie de grimper sur la tête de Jean-François et sur mon ventre lorsque je fais l’étoile sur la surface de l’eau. Nous avons passé un très beau moment avec cet animal sans malice. L’heure de notre excursion est déjà terminée et nous nous reprenons le chemin de la maison avec un objectif fort bien accompli, de belles images et surtout, de très beaux souvenirs avec ces adorables phoques

15082015-DSC01083     15082015-_F8A2704

15082015-DSC01115     15082015-_F8A2809

La plongée en Gaspésie est définitivement un endroit à découvrir !

1 réponse pour "Plonger avec les phoques"


Quelque chose à dire ?

Un peu de HTML est OK